Eloge de Saint-Flour

Publié le par TSF36

Parmi les mégalopoles cantaliennes, Saint-Flour est certainement la plus chouette. D’autant plus qu’on a deux villes pour le prix d’une : la ville haute, juchée sur la planèze et la ville basse, en contrebas, comme son nom l’indique, d’où on peut voir la ville haute. De plus, quand on  est dans la ville haute, on peut voir, en bas, la ville basse. N’est-ce pas étonnant ?

Vue de loin, la silhouette de la cathédrale évoque irrésistiblement deux têtes de chouette, d’où l’adjectif fort pertinent, dans la première phrase, pour qualifier Saint-Flour.

Il y a même un endroit dans la ville basse où l’on peut photographier à la fois la ville haute et la ville basse, avec le reflet des deux villes dans la rivière. Et là, c’est quatre fois plus chouette.

Cette ville est fort agréable et pleine de vieilles pierres toutes plus historiques les unes que les autres, et réciproquement. La cathédrale est un peu mastoc et d’une taille impressionnante pour une aussi petite ville. L’intérieur mérite le coup d’oeil et on y peut voir les reliques de Saint Flour, ce qui était d'ailleurs assez prévisible.  Il y a plein de vieilles maisons aux toits de tuiles rondes (ça change des lauzes de phonolite) avec des génoises, rappelant déjà le midi, même si la pierre des murs est toujours le basalte gris ou noir.

Sur la route qui relie les deux villes, on peut admirer de splendides orgues basaltiques, une curieuse formation hexagonale due au lent refroidissement de la lave en fusion.

La spécialité gastronomique de Saint Flour, c’est les tripoux. J’avoue que je n’étais pas fan de ce genre de chose pas très inspirante, avant de tester une cassolette de tripoux au vin blanc gratinés accompagnés d’aligot. Un pur délice qu’on peut déguster en terrasse face à la cathédrale. On peut ensuite y entrer pour se repentir du péché de gourmandise.

Derrière la cathédrale il y avait un gros chat le 25 juillet 2013 à 15 h 27.

Voilà, en quelques mots, l’essentiel des curiosités de la ville de Saint Flour.

Mais après le poids des mots, voici le choc des photos :

DSC03401.jpg

 

DSC03410.jpg

 

DSC03413.jpg

 

DSC03422.jpg

 

photos-2013-2555.jpg

 

DSC03416.jpg

   Ceci est un chat d'Oc ...

 

Publié dans Pays lointains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sittelle 05/08/2013 11:20


En absolution vous aurez à déguster la salade du berger, au même restaurant, un régal ! le chat surveille l'écureuil auvergnat en face, à la Caisse d'Epargne, qui, un peu rapiat, ne voulait pas
nous donner ses sous aux étrangers... super, merci Isidore