Eloge de Roussillon, village des ocres

Publié le par TSF36

Non, tu n’y échapperas pas, O touriste mon frère ! La première image de Roussillon, un des plus beaux villages de France,  sera le parking payant et son sympathique horodateur flambant neuf du  XXI ème siècle. C’est la rançon de la gloire pour ce lieu qui fait partie des incontournables du Luberon. Et, c'est en général, le lot commun de tous les coins touristiques situés au sud du 45 ème parallèle.

Ceci dit, c’est un village magnifique que même dans le Berry y’en a pas d’aussi chouettes. Plus beau encore que La Pérouille, Malicornay, Bouesse et Méobecq réunis. C’est dire !

Ici, les façades des maisons, perchées sur la falaise rouge, sont toutes peintes d’ocre allant du jaune clair au rouge sombre, une belle harmonie de couleurs chaudes sans aucune fausse note. Il faut dire que l’ocre était extrait ici, comme on pourra le constater en parcourant le « sentier des ocres » , payant lui aussi. On se croirait sur la planète Mars (bien que je n’y sois jamais allé) mais en moins désolé, avec une végétation particulière qu’on ne trouve pas ailleurs en Provence. D’ailleurs, la présence de traces de pas dans le sable rouge est la preuve irréfutable qu’il existe aussi une forme de vie animale dans ce paysage surréaliste, peut-être des homo sapiens touristicus ?

Les petites rues du bourg sont un enchantement et sur la haute terrasse près de l’église, il y a une table d’orientation et une vue à couper le souffle, avec le Mont Ventoux dans le lointain. Afin de recoller son souffle, il suffit de s’attabler à une terrasse fleurie et de déguster un roboratif aïoli, précédé, comme il se doit d’un petit jaune avec des glaçons, en pensant aux pauvres juilletistes et aoûtiens qui ont regagné les frimas du nord, les banlieues surpeuplées, et qui triment dans les bureaux, dans les usines, dans les mines, pendant que d’heureux septembriens se la coulent douce au sud du 45 ème parallèle…

 


                                                        Isidoriou lou Provençou

Publié dans Pays lointains

Commenter cet article

Victor 14/09/2012 22:03


Ma chère Sittelle, si vous me permettez le qualificatif (?)


En Bourgogne, c'est plutôt blanc ou rouge, voire rosé...


Je constate que l'ami berrichon a décidé de visiter les pays étrangers et même de se risquer au sud du 45ème parallèle. Aventure colorée visiblement !


Victor, qui lui est retourné dans la pénombre qu'exige son labeur quotidien, a eu, il y a peu, une discussion avec une représentante de la "maison" de Nohant.


Je me  verrai bien y faire à nouveau un petit tour. Je n'ai toujours pas trouvé la mare. J'ai pourtant bien l'oeil à l'écoute...


A bientôt l'ami


Mes respects à l'honorable correspondante du pays mantois  


 

sittelle 14/09/2012 19:31


Il en faudrait des petits pots en verre pour glaner des pigments, j'espère que l'Isidoriou a mis ses gros crampons pour en rapporter un peu en douce. Au retour, ocres de Bourgogne ? c'est super
top l'horreur-dateur bleu. Mollo sur eul ch'tiot jaune, min garchon !