Eloge de la télévision ancienne

Publié le par TSF36

Pour les jeunes qui sont nés dans un environnement constitué d’écrans grands, petits ou moyens, il est certainement très difficile d’imaginer ces temps très anciens où il n’y avait pas d’écrans du tout. Et pourtant, ces temps très anciens remontent seulement à une génération.

La télévision est née vers la fin des années 1930 et fut d’abord réservée à quelques parisiens privilégiés. Les appareils étaient alors des meubles monstrueux avec un minuscule écran (souvent muni d’une loupe) devant lequel il fallait se positionner pour observer une image tremblotante de 30 lignes, puis de 60 lignes et enfin de 180 lignes : la haute définition semblait enfin atteinte !

Puis la guerre mit fin aux émissions de télévision et il fallut attendre les années 1950 pour qu’elles reprennent et deviennent accessibles à un public plus large. 

Ce fut alors le règne du 819 lignes, du noir et blanc et de l’unique chaîne diffusant les fameux  programmes qui sont restés dans la mémoire des vieux chnoques : Cinq colonnes à la une, la piste aux étoiles, la tête et les jambes, etc. devant lesquelles la famille s’émerveillait. Ce fut aussi une époque heureuse pour les dépanneurs qui intervenaient souvent à domicile, fer à souder à la main, pour changer une lampe ou autre composant du précieux poste de télé durement acquis.

Aujourd’hui, il y a un écran dans chaque pièce de la maison et on baigne dans un flot d’images apparemment gratuit, outre le fait que la publicité dégoulinante nous vole du « temps de cerveau disponible »

Aujourd’hui, les écrans sont plats, les images parfaites, nous bénéficions de dizaines ou de centaines  de chaînes, mais nous avons perdu la faculté de nous émerveiller.

On retrouve cependant l’émerveillement à l’occasion d’une visite privée au musée de l’ ACHDR (Association du Centre Historique de la Diffusion Radiophonique) situé à Saint-Aoustrille près d’Issoudun. Ce musée n’est hélas pas ouvert au public, mais il le sera peut-être un jour …

En attendant, voici quelques images des premiers téléviseurs, d’abord mécaniques à disque de Nipkow, puis électroniques à tubes cathodiques. Impressionnant, non ?

Pour terminer, un grand coup de chapeau à l’association qui œuvre pour la sauvegarde de ce patrimoine exceptionnel.

DSC04516.jpg

 

DSC04517.jpg

 

DSC04520.jpg

 

DSC04523.jpg

 

DSC04524.jpg

 

DSC04518.jpg

 

DSC04525.jpg

                            meuble radio-télé-phono-bar (hips !)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daniel 14/04/2014 15:22


"Puis la guerre mit fin aux émissions de télévision et il fallut attendre les années 1950 pour qu’elles reprennent et
deviennent accessibles à un public plus large."


Cette phrase est de trop... car fausse.


En 1943 les allemands ont remit en service l'éméteur de télévision de la Tour-Eiffel pour diffuser des programmes en
allemand et français destinés principalement aux sodats allemands bléssés soignés en région parisienne.


Ce sont les allemands qui installérent des studios à Cognac-Jay. Le directeurs de cette télé franco-allemande de Paris
(lointaine ancetre de ARTE) pas très "national socialiste" embauchera parmis le personnel français plusieurs refractaires au STO et quelques juifs. En autre le jeune Mouloudji travailla à la télé
allemande de Paris (de mémoire comme tireur de cable).


A la Libération, malgré les ordres, le matériels fut abandonné presque sans aucune destruction par les allemands en
fuite ce qui permit aux Français de recommencer très vite des émmissions de télé après guerre.


Toute cette histoire est relatée dans l'ouvrage :


On l'appelait Télé-Paris de Emmanuel Lemieux (édition L'Archipel, publié en 2013).

Duszka 08/04/2014 08:14


Les bouteilles d'apéro dans la porte latérale, voilà du savoir vivre ! A cette époque ça fonctionnait. Aujourd'hui le TNT nous joue caprice plusieurs fois par semaine. Le petit train, oi,
j'aimais bien et l'horloge aussi, elle était élégante. Quand aux programmes... 

sittelle 07/04/2014 22:41


Bons souvenirs ! chez nous, il a fallu attendre mai 68 pour l'avoir enfin, ce poste convoité mais boudé par les parents méfiants... et paf, la grande grève et un écran gris pendant un mois



Le petit train d'interlude... http://www.teppaz-and-co.fr/articles/le-petit-train-rebus/