Eloge de Concremiers

Publié le par TSF36

Concremiers, minuscule village situé à seulement 7 kilomètres du Blanc fait partie des lieux que la plupart des berrichons, même les plus anciens,  ignorent (en dehors, bien entendu, de ses quelque 637 habitants qui ont l’idée farfelue d’habiter ce lieu que personne ne connaît).

Il faut dire que Concremiers n’est pas sur la route de Poitiers (pourtant proche) et on ne peut même pas mémoriser ce nom, comme d’autres localités qu’on voit écrites sur un panneau, bien qu’on ne s’y arrête jamais. Non, pour connaître Concremiers, la seule solution c’est d’y aller ! Et le grand mérite des randonnées cyclistes, c’est de faire découvrir des coins où on n’aurait jamais l’idée de passer en automobile. On y accède en vélo en sortant de la Voie Verte au niveau de la gare désaffectée, puis on passe devant la petite maison du garde-barrière, où nulle barrière n’est désormais à garder.

Concremiers mérite certainement mieux que le silence des guides touristiques. Il représente en effet un modèle réduit de ce qui pourrait être un haut-lieu du tourisme. Ce n'est qu'une question d'échelle relative.

Il y passe  une jolie rivière, l’Anglin, qu’enjambe un pont permettant de passer d’une rive à l’autre et inversement. Du pont, il y a une jolie vue sur le bourg avec ses maisons anciennes à toits de tuile, sa modeste église, un vieux moulin avec une roue à aube. L’ « hypercentre » est coquet avec des fleurs un peu partout autour de l’église, avec une belle pompe à eau en fonte, récemment repeinte en vert, une source gratuite et providentielle pour étancher la soif du courageux cycliste par un après-midi d’été torride. Il est des circonstances où l'eau fraîche paraît plus délicieuse qu'un grand cru de Bourgogne !

Une ruelle pentue descend à la rivière, où l’on peut admirer, assis sur un banc judicieux,  les longues chevelures de végétation peignées par le courant. Observer, à défaut de la flèche bleue d'un martin pêcheur,  le vol rapide des hirondelles près de la surface. S’y reposer un moment à l’ombre d'un vieux saule.

Se délecter de ce presque rien qui contient déjà tout à l’état embryonnaire. Tout le charme discret des petits patelins du Berry. Un charme minuscule qui restera invisible au touriste normal. Seuls les esthètes (et les cyclistes) y seront sensibles.

Concremiers est, en somme, la version microscopique de ce qui pourrait être un des plus beaux villages de France, mais sans les inconvénients du tourisme.

Encore un lieu secret, à ne pas divulguer …

photos-2012-1784.jpg

La Gare désaffectée

photos-2012-1771.jpg

La maison du garde-barrière

photos-2012-1783.jpg

vue du pont

photos-2012-1781.jpg

le vieux moulin sur l'Anglin

photos-2012-1773.jpg

vieille maison à tourelle dans le bourg

photos-2012-1778.jpg

le massif central !

photos-2012-1782.jpg

au bord de l'eau ...

 

 

Publié dans Berrichonnitude

Commenter cet article

sittelle 03/08/2012 11:37


En plus de tous ces petits bonheurs vrais - qui étaient de ma région, "avant"... avant la destruction de tout par Cergy-Ville... Nouvelle -  c'est boire à la source qui me fait
rêver; et herboriser le long de l'eau... et visiter l'église; et trouver un prétexte pour aller à la pharmacie, car en campagne les pharmaciens sont toujours aimables, et ça, c'est un vrai choc
de culture !

Duszka 02/08/2012 15:37


Décidément, il me faut un vélo... ou de bonnes chaussures ! Donner envie, quel programme de blog. MERCI.