Eloge de Collonges-la-Rouge

Publié le par TSF36

C’est sans doute la morne perspective des frimas prochains qui donne au touriste impénitent la rage de cueillir les derniers beaux jours et de s’envoler encore un court moment vers ces pays lointains où il fait toujours beau, c’est à dire le Sud ; mais sans trop s’éloigner cette fois. Pour rester raisonnable, en cette terrible période de crise, on se contentera de franchir à peine le 45 ème parallèle, cette ligne magique qui passe du côté de Brive-la-Gaillarde qu’on appelle parfois « le riant portail du Midi ». Il suffit de se laisser glisser doucement sur l’autoroute gratuite. Et comme ça descend verticalement, ainsi qu’on le voit sur la carte Michelin,  on ne consomme quasiment pas de carburant.

On est ainsi téléporté, comme par enchantement, dans le village enchanté de Collonges-la-Rouge. A quoi reconnaît-on un des « plus beaux villages de France » de première catégorie ? C’est très simple : au fait que le parking soit payant. C’est un signe qui ne trompe pas. Il y a certes bien d’autres lieux labélisés « plus beaux villages de France » y compris dans le Berry, mais du fait qu’on s’y gare gratuitement, on en a rarement pour son argent. Ici à Collonges, on est donc dans la cour des grands parmi les plus chouettes patelins de l’hexagone…

La première impression est celle d’un village qui aurait été construit de toutes pièces à l’intention  des touristes. Ou bien pour le tournage d’un film d’époque … Tout est si beau, si propre, si fleuri, impeccable. Pas un papier gras qui traîne, pas un graffiti sur les murs.

Les seuls commerces existants sont des boutiques d’artisanat plus ou moins local, de produits plus ou moins régionaux, de souvenirs plus ou moins mémorables, des restaurants plus ou moins gastronomiques et sympathiques. Une sorte de monde idéal, de paradis artificiel où le tourisme s’auto-alimente en circuit clos.

Malgré cela, ce village n’est pas du toc, pas du carton-pâte, pas du béton peinturluré en rouge. C’est vraiment de l’ancien, merveilleusement restauré. Et on ne peut que s’émerveiller du patrimoine architectural qu’on trouve à chaque détour de chaque rue pavée, et de l’harmonie de cet ensemble de grès variant du rose au rouge sombre. Ce sont de vraies constructions du moyen-âge, du XVI ème, du XVII ème, du XVIII ème siècle, avec des fenêtres à meneaux, des portes gothiques, des lucarnes Renaissance, de fines tourelles coiffées de « chapeaux de sorcières » en lauzes bleutées…

Ici, même si on voit tout en rouge, on reste serein, d’autant plus que les foules estivales sont depuis longtemps reparties, laissant place aux septembriens, des gens beaucoup plus calmes.

On peut déambuler tranquillement dans les ruelles étroites sans risque de se faire piétiner. Le village n’est pas grand mais on s’en paye volontiers plusieurs tours, en variant les angles de vue, découvrant de nouveaux détails, d’autres venelles, qui avaient échappé la première fois. On s’y attarde longuement sans s’y ennuyer et on en repart à regrets, après avoir déposé son obole dans l’horodateur, inévitable anachronisme dans cette enclave temporelle. 

 



Publié dans Pays lointains

Commenter cet article

sittelle 25/09/2012 20:46


J'avais pensé à notre Bibi, pas osé le dire ce matin... c'est sympa que vous vous en souveniez tous !

Victor 25/09/2012 19:45


Bonsoir


J'ai eu, par le passé, l'occasion de séjourner à Collonges-la-Rouge. Mon cher Isidore, si vous permettez, j'ajoute que "Bibi" y avait une maison. Même qu'une plaque sur la façade le signale. Il
ne s'agit pas de Chéri-Bibi ! Mais de Maurice Biraud, comédien mais surtout la vedette d'Europe1, à la grande époque de la radio. Il m'a semblé naturel d'en tenir informer la seule radio sans
mauvaise nouvelle qu'est "TSF36".


Victor 

TSF36 25/09/2012 20:44



Oui, j'ai bien vu cette plaque et ça m'a fait un grand choc. Je croyais que Maurice Biraud était toujours vivant.


Un choc tel que je n'ai pas eu le coeur à la photographier ... 



sittelle 25/09/2012 12:19


Pôv'chat ! c'est vraiment aussi rouge, ce beau grès ? il y a peut-être encore la carrière pour en prendre un petit morceau; à râper, pour le fer et pour les pigments ! Une belle promenade qui
nous redonne de la couleur,  car ici... ce matin c'est mieux mais la mer nous envoie les tempêtes d'équinoxe. Merci du partage de cette belle vidéo.

TSF36 25/09/2012 20:40



Oui, la pierre est vraiment rouge. Quant au chat, non : c'est un chat peint par mes soins pour faire plus couleur locale.


En quelque sorte un chat d'Oc 



Duszka 25/09/2012 10:09


Merci de nous emmener en voyage. Coïncée par la maladie dans mon Berry que j'aime tant, je viens avec bonheur chercher ici de quoi voyager, et je ne suis jamais déçue. Je me contente de tourner
autour de mon étang (voir mon blog). Le voyage est une grande question de regard. Le vôtre est communicatif.

TSF36 25/09/2012 20:38



Allons, allons, Gargilesse est aussi un des "plus beaux villages de France" ! La seule chose qui lui manque, c'est un horodateur