Eloge de Brive-la-Gaillarde

Publié le par TSF36

Brive n’est pas la capitale de la Corrèze, pourtant c’en est la plus grande ville et certainement la plus belle. Le centre ancien a été bien préservé et embelli et il sera encore plus beau quand les travaux pharaoniques de la grande place centrale seront achevés. Ici, pas de gratte-ciel comme à Tulle, mais juste une espèce de phare plus ou moins phallique au dessus de l’office de tourisme, seule concession rigolotte à la modernitude. Contrairement à Châteauroux, il y a encore de nombreux commerces dans les rues piétonnes du centre ville, ce qui donne à Brive une allure vivante et prospère.

Par contre le célèbre marché qui se tient chaque samedi sous la Halle Georges Brassens m’a un peu déçu : pas de gaillardes se crêpant le chignon à propos de bottes d’oignons, pas de mégères gendarmicides, pas de braves pandores victimes de la plus belle hécatombe de tous les temps. Rien de ce que Brassens décrivait dans sa célèbre chanson.

Non, juste une belle ambiance de marché normal autour de magnifiques étals de fruits, de légumes, de canards et autres volatiles morts, seules victimes de l’hécatombe sur l’autel de la gastronomie du Sud Ouest.

Un des plus beaux lieux de la ville est incontestablement la distillerie Denoix, une maison fondée en 1839 et spécialisée dans la liqueur de noix. Il y a des noms prédestinés qui ne s’inventent pas ! On peut visiter gratuitement les locaux où s’alignent les alambics rutilants et les fûts de chêne où murissent lentement les divins breuvages.

Outre leur suprême Denoix, remarquable par sa longueur en bouche, cette maison a relancé en 1987 la « moutarde violette de Brive », une recette datant du XIV ème siècle. Ce condiment au moût de raisin, fort et fruité à la fois,  est un pur délice pour accompagner le boudin noir, pour sublimer une vinaigrette, ou même pour déguster pur à la louche les soirs de détresse et de mélancolie…


En prime, pour les quelques personnes qui ne connaîtraient pas la chanson de Brassens, une chanson politiquement incorrecte comme on n'oserait plus en faire. Toute une époque !


Publié dans Pays lointains

Commenter cet article

sittelle 01/10/2012 11:04


Et la gare de Brive vaut largement celle de Perpignan !