Eloge anaphorique de la vallée de Chaudefour

Publié le par TSF36

Dans la vallée de Chaudefour, il y avait jadis des coulées de lave en fusion qui dévalaient du volcan du Sancy ; il y faisait donc chaud comme dans un four. Plus tard, s’y installa un grand glacier, ce qui jeta un froid. Aujourd’hui, le volcan est bien éteint, le glacier est bien fondu ; on peut donc y aller en toute sécurité.

photos-2013-2607.jpg

 

Dans la vallée de Chaudefour, cependant, beaucoup de choses sont interdites :

la cueillette de fleurs,

l'accès des chiens même tenus en laisse,

le camping et les feux,

les dépôts d'ordures,

l'introduction ou la destruction de végétaux et d'animaux,

le dérangement des animaux,

la circulation des véhicules motorisés,

le survol à une altitude inférieure à trois cents mètres,

l'utilisation d'instruments sonores (phonographes, postes de TSF, etc.)

le vélo tout-terrain.

 Et c’est tant mieux puisque c’est une réserve naturelle d’intérêt exceptionnel.

 

Dans la vallée de Chaudefour, on y va pour admirer un des plus beaux paysages de France : une verte prairie, une zone boisée,  au pied d’un massif volcanique aux formes étranges.

 

Dans la vallée de Chaudefour, il y a deux curieuses formations rocheuses qu’on nomme la Crête de la Rancune et la Dent du Coq (ou peut-être le contraire ?)

DSC03581.jpg

 

Dans la vallée de Chaudefour, il y a des marmottes qui, quand elles ne dorment pas, sont éveillées.

 

Dans la vallée de Chaudefour, il y a des mouflons, avec des cornes recourbées en corne véritable.

 

Dans la vallée de Chaudefour, il y a des chamois, entièrement vêtus de peau de chamois naturelle.

 

Dans la vallée de Chaudefour, au mois d’Août, on a peu de chance de voir les marmottes, ni les mouflons ni les chamois, car

 

Dans la vallée de Chaudefour, il y a surtout des bipèdes homo sapiens chaussés de grosses chaussures, coiffés de casquettes à rabats, bardés de sacs à dos, armés d’appareils photos, et marchant avec des bâtons ferrés, bref tout pour effrayer les marmottes, les mouflons et les chamois qui ont bien raison de se planquer.

 

Dans la vallée de Chaudefour, il y a la source Sainte Anne, une source ferrugineuse qui passe pour guérir les maladies de l’estomac et autres maléfices. Malgré l’éloge de l’eau ferrugineuse que fit jadis Monsieur Bourvil, cela ne vaut pas une bonne gentiane de Salers.

 

Dans la vallée de Chaudefour, il y a une flore exceptionnelle, mais il eût fallu venir au printemps ou en début d’été. Après la mi-Août, c’est cuit. Même la grande gentiane est cuite.

 

Dans la vallée de Chaudefour, il y a des vaches qui broutent joyeusement l’herbe délicieuse en faisant tintinnabuler leurs clarines, indifférentes aux bipèdes homo sapiens qui les photographient sans même leur demander l’autorisation.

 

Dans la vallée de Chaudefour, il y a un petit ruisseau bordé d’arbres ombreux qui serpente et qui se nomme la « Couze de Chaudefour », auprès duquel, vers midi, les bipèdes homo sapiens aiment poser leur sac et déguster leur sandwich avant de poursuivre plus loin l’aventure.

 

Dans la vallée de Chaudefour, il y a tout au fond, une cascade nommée cascade de la Biche, avec de l’eau qui coule le long d’une paroi d’orgues basaltiques. Mais il n’y a pas de biche …

 

Et comme on ne peut pas aller plus loin, on revient sur ses pas en se promettant de revenir un jour dans la plus belle vallée du monde. Car on y revient toujours ...

 Dans la vallée de Chaudefour.

 

 

http://vimeo.com/73581693 

Publié dans Pays lointains

Commenter cet article

sittelle 27/08/2013 14:33


Merci de ces petites vacances . Tiens, une vache Normande ! et ses copines Salers broutent en pays d'Auge pour le Pont l'Evêque... échanges agriculturels ?