De notre envoyé spécial à Holtzwihr ...

Publié le par TSF36

En Alsace, il n'y a pas de vide-greniers comme dans le Berry. Ici ils appellent ça des marchés aux puces. Peut-être n'y a-t-il plus de greniers à vider dans ce pays ?  Et  abondance de puces à commercialiser ? En tous cas ces manifestations dominicales sont réservées exclusivement aux particuliers. Aucun brocanteur patenté ne se risquerait à y déballer sous peine d'être immédiatement expulsé manu militari.
Rien à voir donc avec les vide-greniers berrichons où les autochtones vendent des cocottes-minutes aux Maghrebins. Ici les autochtones alsaciens vendent des cocottes-minutes aux Turcs ! On entend donc parler principalement l'Alsacien et le Turc et parfois un peu le Français qui est la langue de travail pour les échanges commerciaux turco-alsaciens.
Outre cela, on peut noter quelques spécificités dans la drouille alsacienne : une abondance de chopes à bière, moules à kougekhopfs, cigognes de jardin en plastok,  copies de gravures patriotiques et dans le domaine de la radio, les postes à claviers encore plus tristounets que les postes à oreilles...
Autre différence notable : ici on demande un café bretzel à la buvette des organisateurs et non pas un café croissant. Le bretzel, c'est pas mauvais quand ça sort du four bien croustillant avec les grains de gros sel, mais quand ça date de la veille et que le temps est humide, c'est mou et pas terrible, surtout dégusté sur un banc encore humide de la pluie du matin.
Néanmoins, en dépit de toutes ces différences, le point commun entre les vide-greniers berrichons et les marchés aux puces alsaciens reste l'absence totale de beaux objets anciens sur lesquels le chineur éclairé eût aimé jeter son dévolu.
Comment traduit-on "bredouille" en Alsacien ... et en Turc ? Qu'importe ...
La bredouillitude transcende les frontières culturelles et linguistiques.

 

Isidore Lafouine, envoyé spécial du Blog TSF 36

 

 

holtzwihr.jpg

 


holtzwihr2.jpg

Holtzwihr, opus 2010

Publié dans Pays lointains

Commenter cet article

Lafouine 19/07/2010 10:21


Elémentaire, mon cher Dutfoy ! Il suffit de cliquer sur la catégorie "Beaux Arts et laids arts".
La porte de garage rouge basque, par contre, appartient à l'ère pré-bloguesque. Néanmoins tous les gens qui passent dans ma rue peuvent la contempler !


Serge Dutfoy 18/07/2010 23:19


Rebonjour TSF 36!
Tout ça, c'est très bien, mais...
Mais où est passé le texte (et les photos) sur la porte de salle de bain jaune, qui citait lui-même en référence une porte de garage rouge, un grand moment de littérature et de critique artistique
qui était allée droit au coeur de l'ex-professeur d'arts plastiques que je fus.
Je voulais en faire profiter des amateurs qui auraient su apprécier un des sommets de l'analyse pointue.
Donc, je repose la question: d'où qu'il est passé, bon sang?