Apologie des Marais de Bourges

Publié le par TSF36

Les Marais de Bourges sont à Bourges ce que l'Amazonie est à la planète : un poumon vert sans lequel l'immense capitale du Berry s'asphyxierait dans la terrible pollution de ses usines et de sa circulation automobile.
Les rares touristes qui posent le pied (voire les deux)  à Bourges ne s'y aventurent pas. Ils se contentent de visiter la cathédrale, qui est d'ailleurs tout à fait sublime, mais ils ne feront pas les quelques centaines de mètres qui mènent à la jungle maraîchère située au nord-est du centre-ville, à 10 minutes à pied  de la cathédrale.
Et c'est tant mieux, car seuls les berrichons sont en mesure de goûter le charme ineffable de cette petite Venise berruyère. On n'y croise que des promeneurs locaux, des pêcheurs à la ligne, quelques canards colverts, quelques  poules d'eau et foulques macroules, deux joggers et trois ragondins, mais pas de hordes de nippons bardés de Nikons.
Cette vaste zone, à la remarquable biodiversité, classée au Patrimoine Naturel, est parcourue de nombreux sentiers longeant l'Yêvre et la Voiselle et de petits chemins, pour la plupart privés. Les parcelles, de forme généralement carrée, sont séparées par un véritable labyrinthe de petits canaux, qu'on appelle les "coulants".  Les " maretiers", puisque c'est ainsi qu'on nomme les propriétaires de ces petits jardins, ne peuvent les atteindre que dans de frêles embarcations à fond plat qu'on appelle les "plates", mues à la force du poignet par de longues perches en bambou (ou en métal pour les plus fortunés).
Tout un monde secret de petits paradis privés, où chacun, même s'il n'a pas lu Voltaire, s'applique de son mieux à cultiver son jardin. De modestes jardins potagers pour la plupart, mais aussi des jardins ornementaux, parfois créatifs, agrémentés d'oeuvres d'art insolites. Un petit coin de nature entièrement crée par l'homme, mais parfaitement harmonieux.
C'est un pur enchantement que de se perdre dans les Marais de Bourges par une belle journée d'Octobre ; car c'est toujours en se perdant qu'on finit par se retrouver.

 

marais1.jpg

 

marais2.jpg

 

marais3.jpg

 

 

marais4.jpg

 

marais5.jpg

 

marais6.jpg

 

marais7.jpg

 

marais8.jpg

Publié dans Berrichonnitude

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Victor 03/10/2010 15:45


Bonjour
On découvre que l'impressionnisme n'est pas qu'une affaire normande et que Bourges n'a rien à envier à Giverny !
Bravo à Isidore Monet/Ledoux
Victor Ripolin