A la recherche du scoubidou perdu

Publié le par TSF36

Le demi-sonnet monorime sur des rimes improbables et imposées semble susciter des vocations. Voici ce que je reçois à l'instant, ô surprise, venant de Bourgogne, petit pays limitrophe du Berry :



                         A la recherche du scoubidou perdu



                      Je suis à la recherche de mon scoubidou,
                      Je n'ai trouvé que le maillot de Manaudou.
                      J'ai donc demandé à ma boîte wanadoo,
                      Et j'ai ainsi rencontré des "pom pom pidou

                      Mais Marilyn n'aimait que ses beaux roudoudous.
                      Alors j'ai questionné un grand prêtre vaudou,
                      Qui m'a dit: "pour ton scoubidou, vois chez Ledoux "



                                      Victor Rimaillon, poète bourguignon,

                                chef de file du courant de la poésie approximative


Tout d'abord chapeau à l'auteur qui a eu bien du mérite pour tirer quelque chose de cohérent avec ces rimes à la ... noix !
Il y a quelque chose de proustien dans cette recherche d'un scoubidou perdu, symbole évident du temps qui passe et qu'on ne retrouve jamais, sinon par le miracle de la littérature.

Mais ce qui est intéressant, à plus d'un titre, c'est le concept de "poésie approximative", dont Victor Rimaillon se déclare chef de file. En effet, dans la poésie classique, un alexandrin comporte généralement deux hémistiches de 6 syllabes séparés par une césure, ce qui lui donne un rythme symétrique bien reconnaissable par lequel on le distingue de la prose.
 Ici par contre la césure est aléatoire, flottante, parfois invisible, ce qui donne un effet de flou artistique, d'exquise incertitude entre le vers et la prose.
C'est certainement là un concept révolutionnaire, peut-être l'invention d'une nouvelle forme de poésie affranchie des formes anciennes du XIX ème siècle pour se projeter dans la modernitude de notre monde moderne.
Et qu'on ne s'y trompe pas : le modeste nom d'artiste de Rimaillon que l'auteur s'est attribué n'est nullement péjoratif. Il s'agit en fait de la contraction de "rimeur + bourguignon" qu'on peut également interpréter comme "maillon de la rime" dans la mesure où il représente le maillon manquant entre la rime d'hier et celle de demain.

Bref, voici un auteur à suivre de très près ....

 


 

scoubidou.jpgScoubidou ancien (années 1960) modèle bicolore très rare. Collection privée

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Victor 10/12/2010 09:25


Bonjour
Trouver une substantifique moëlle dans de l'inconsistant , le tout avec cohérence, mérite d'être salué. Quel talent !
Victor