17.000 ans avant Sarko ...

Publié le par TSF36

Après le " Worst of Black Perigord ", passons maintenant au " Best of ", les extraordinaires sites préhistoriques qui font le principal attrait de cette région.

La préhistoire est une science jeune. Au XIX ème siècle, il n’y a donc pas si longtemps, on croyait que l’histoire de l’humanité était assez récente. D’ailleurs un évêque Irlandais avait très sérieusement calculé que la date de la Genèse était le 23 Mars de l’an 4004 avant notre ère ! En fait, on sait depuis peu que l’origine de l’homme remonte à plusieurs millions d’années. La Science nous a obligés à remettre nos pendules à l’heure et nous a fait prendre un sacré coup de vieux.

Si jadis les premiers représentants de la race Homo Sapiens, c’est à dire la nôtre, la dernière et unique race des hominidés encore existante, avaient décidé de s'établir dans le Périgord, ce n’était certes pas à cause de la réputation gastronomique de cette région. En fait, s’ils avaient testé certains restos à touristes de Sarlat, ils auraient certainement fait demi-tour et retraversé les Alpes en courant !

Non, en ces temps très anciens, nos lointains ancêtres de Cro Magnon avaient trouvé dans la vallée de la Vézère, des conditions idéales pour s’y établir, un climat relativement tempéré même pendant la période glaciaire, des abris sous roche orientés plein sud (ce qui constituait à l’époque le summum du luxe) une vallée verdoyante et boisée (pleine de cèpes et de girolles) servant d’autoroute aux nombreux troupeaux de rennes qui faisaient gratuitement l’ordinaire de leur alimentation, et qui leurs fournissaient en outre gratuitement la matière première pour de nombreux outils ainsi que pour leur habillement. Pour l’homme du paléolithique, c’était donc un pays de cocagne et vu que tout y était gratuit, on peut dire qu’ils jouissaient d’un confort et d’un pouvoir d’achat très supérieur à leurs descendants du XXI ème siècle.

Il est trois sites incontournables en Périgord pour le touriste qui s’intéresse un tant soit peu aux origines de l'homme : La grotte de Lascaux, la grotte de Font de Gaume et le Musée de la préhistoire aux Eyzies de Taillac. Et ceux qui ne s’y intéressaient pas auparavant auront certainement envie de s’y intéresser après avoir visité ces lieux magiques.

Lascaux, c’est le must, bien qu’on n’aie plus accès depuis belle lurette à l’authentique grotte découverte en 1940, mais seulement à une copie. Mais c’est une copie si parfaite qu’on en reste baba. Tout a été reproduit au millimètre près, y compris le relief des parois. Seul le sol en caoutchouc antidérapant nous rappelle qu’il s’agit d’une création récente. Sinon, tout y est parfaitement conforme à l’original, ou du moins à l’idée qu’on se fait de l’original. L’illusion est parfaite et on s’émerveille autant de la beauté de ces œuvres datant de 17.000 ans, que de la perfection de la copie. Et on ne peut que s’interroger sur les motivations de nos ancêtres qui sont venus peindre des animaux, toujours des animaux, au fin fond de grottes obscures et peu accessibles. Et pourquoi les humains ne sont-ils presque jamais représentés, sinon d’une manière caricaturale et schématique ? De cela, le guide ne dira pas grand chose, se contentant de décrire ce qu’on aurait parfois du mal à discerner à cause des contours flous et de l’éclairage volontairement réduit. On y apprend quelles techniques de peinture ont été utilisées, comment les " artistes " construisaient des échafaudages pour peindre au plafond, comment ils s’éclairaient avec des lampes à graisse. C’est déjà merveilleux qu’on ait réussi à en savoir autant, à connaître le " comment ". Mais le " pourquoi " reste encore mystérieux, bien que de nombreuses théories aient été formulées sur la question.

L’art pour l’art ? voilà un concept d’occidental moderne qui me semble peu vraisemblable, même s’il est possible que certains hommes de ce temps là aient pu ressentir le besoin de l’acte gratuit de la création artistique apparemment inutile, juste pour faire du beau.

Un rituel magique de chasse ? Dessiner des images d’animaux aussi réalistes possibles afin de s’en assurer la possession ? Pour les tuer virtuellement. Cela expliquerait l’absence de figures humaines. Reproduire l'image d'un être humain est tabou, car cela  équivaudrait à le vouer à la mort. Mais les animaux représentés sont rarement ceux qu’ils chassaient. Le renne est peu présent dans l’art pariétal de Lascaux , alors que d’autres espèces immangeables le sont abondamment…

Des représentations liées aux rites chamaniques ? C’est la théorie de Jean Clottes. Et c’est certainement l’explication qui me semble la plus satisfaisante à ce jour. Il ne fait en tout cas aucun doute que tout cela avait une signification religieuse.

Mais il faut se souvenir que cet art des peintures rupestres à duré pendant des milliers d’années et que les motivations des " artistes " ont pu évoluer d’une période à l’autre et d’un lieu à l’autre. Alors peut-être que toutes ces explications ont chacune une part de vérité. Nous ne saurons hélas jamais le fin mot de l’histoire, vu que les hommes de Cro Magnon n’ont pas jugé utile de laisser à l’intention des futurs préhistoriens le moindre écrit, ni même la moindre cassette VHS (support préhistorique s’il en est) sur leur vie et leurs croyances…

Peintures de Lascaux ne figurant pas à Lascaux II (reproductions exposées au musée du Thot où la photographie est autorisée)

Publié dans Préhistoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le bloggeur de service 23/09/2007 13:42

En effet, rien (sinon nos préjugés d'occidentaux modernes) ne permet d'affirmer que les peintures de Lascaux étaient l'oeuvre des Cro Magnons plutôt que des Cro Mignones !
Pout tenter de comprendre quelque chose à la préhistoire, il nous faut d'abord désapprendre ce que nous croyons certain. Il nous faut enlever nos lunettes de "civilisés" et savoir rester humbles devant ces hommes et ces femmes qui étaient aussi intelligents que nous, et dignes de notre plus grand respect...

Victor 23/09/2007 10:30

Bonjour
Sujet passionnant! Une étude assez récente, notamment des représentations de mains, démontrerait que parmi ces artistes, il y aurait eu aussi des femmes. La thèse du chamanisme reste effectivement celle qui semble la plus plausible actuellement. Enfin, même bien "reconstituée", j'éprouve bien moins de sensations et d'émotions que face aux vraies peintures et au vrai lieu. C'est difficile pour moi d'oublier que cela a été "copié" par des contemporains...
Sur ce, et vu la météo, je retourne dans ma grotte !
Victor