Sarlat, Mecque de la gastronomie ?

Publié le par TSF36

Sarlat, capitale du Périgord Noir, est une charmante petite ville de 9707 habitants, d’après l’Evangile selon Saint Michelin. Mais il est vraisemblable que ce chiffre soit à multiplier par 5 pendant la saison touristique qui s’étale de juin à septembre. Même en septembre, la présence des touristes est encore très importante et on voit déambuler dans les quartiers anciens une foule cosmopolite et affamée.

Les très nombreux restaurants du centre ancien étalent sur les places et dans les ruelles leurs terrasses accueillantes généralement bondées. Que demander de mieux ?  une ville médiévale, hors du temps, merveilleusement préservée du trafic automobile, une arrière-saison enchanteresse et la réputation gastronomique du Périgord …

On s’installe au hasard avec confiance à la première terrasse du premier restaurant venu et on consulte le menu qui est à peu près le même dans tous les établissements. On optera donc pour le menu standard dit " du terroir "

On vous apporte d’abord l’entrée, un minuscule morceau de foie gras poêlé servi dans une assiette blanche style cantine, sur un toast ramolli et accompagné d’une feuille de salade, d’un cerneau de noix et d’une tranche de tomate. Mmm, pas génial comme présentation, qu’on se dit, mais ce n’est que l’entrée. Le plat de résistance sera peut-être plus gratifiant.

Ce sera, bien entendu, l’incontournable cuisse de canard confit accompagné de pommes de terres sarladaises. Le confit est comestible mais les pommes de terre sarladaises (qui bien préparées sont un pur délice) sont ici pâteuses et fades.

Il est à noter que tous les clients demandent du sel et du poivre pour relever un peu la fadeur des mets. C’est un signe qui ne trompe pas.

Ensuite, arrive l’incontournable fromage de chieuve dit Rocamadour avec sa feuille de salade et un cerneau de noix (vraisemblablement l’autre moitié de la noix qui accompagnait le foie gras) dont le goût, sans surprise, est parfaitement identique au Rocamadour du Carrefour de Châteauroux. Enfin, pour couronner le tout, un minuscule morceau de gâteau aux noix insipide baignant dans une flaque de crème anglaise.

Fort heureusement, la demi bouteille de Bergerac 2002 ingurgitée pendant ce repas consternant avait servi d’anesthésiant quand il fallut, sans broncher, s'acquitter de la douloureuse de 42 roupies périgourdines (1)

Et c’est ainsi que se fit mon initiation à la gastronomie du Périgord noir...

Je ne donnerai pas le nom de ce restaurant sarladais, dont le personnel d’origine asiatique (eh oui !) a au moins le mérite de se décarcasser pour gagner sa vie honnêtement en alimentant une clientèle cosmopolite, peu difficile, de passage, et qu’il n’est pas nécessaire de fidéliser. Le touriste, comme le canard n’est-il pas destiné à être plumé ?

Mais évitez quand même ce resto, dont je tairai le nom, situé au 4, rue du Présidial à Sarlat, Mecque de la gastronomie. Les autres restos à touristes de Sarlat que j'ai testés ne sont pas de nature à vous élever au pinacle, mais ils sont quand même moins pires !

(1) C’est la devise locale, sensiblement égale à l’euro, cosmopolitisme oblige !

Sarlat by night

Sarlat la nuit

 

 

Publié dans Gastronomie

Commenter cet article

chris46 05/08/2008 11:54

Coincidence, j'ai mangé samedi au même endroit, servi par le même personnel, ce qui prouve que la médiocrité n'est pas sanctionnée! Je confirme tout à fait l'avis ici émis, j'ai même découvert une nouvelle recette (asiatique?), du poisson servi avec des pommes de terres sarladaises!!! (théoriquement cuites dans la graisse de canard!!! je dis en théorie car celles ci étaient cuites à l'eau...) FAIRE LE DETOUR!!!

Victor 22/09/2007 18:46

Bonsoir
Et saint Routard ? Mieux encore : une ferme auberge ! Une table d'hôte ! Les gens du cru quoi ! Dicton bourguignon :" mieux vaut user les semelles de ses chaussures que les pneus de sa voiture" . En clair : "mieux vaut un Routard qu'un Michelin !"
Saint Victor

Le bloggeur de service 22/09/2007 10:09

Ben oui, évidemment, il y a aussi d'excellents restos à Sarlat, dont La Couleuvrine, mentionnée dans l'Evangile selon Saint Michelin. Mais hélas, j'ai voulu n'en faire qu'à ma tête et je les ai tous ratés. Voilà ce que c'est de ne pas croire les Saintes Ecritures !
Je ferai mieux la prochaine fois (de canard !)

Michel Marc Beduchaud 22/09/2007 00:01

Domage pour la gastronomie , je me souviens
d'excellents diners dans un hotel très typique:
chambre dans les tourelles, vieilles charpentes
:la Couleuvrine , pour ne pas faire de publicité mais il y a déjà longtemps , le temps passe vite.
Des paysages remarquables , Colombes la rouge sous la neige à Noel , Gourdon et ses ruelles.
Voir aussi Souillac et sa règion .
Cette région est un plaisir et j'en garde
d'excellents souvenirs .