Le village sans nom (1)

Publié le par TSF36

Thalès de Milet, (625 – 547 av JC), le premier philosophe grec dont le nom est encore dans les mémoires, croyait que la terre était plate, et qu’elle flottait comme un disque de bois sur l’eau. Il est vrai que dans la Grèce antique, les satellites d’observation qui auraient permis de constater la rotondité de la terre, n’étaient pas encore très répandus. On pouvait donc, selon ce bon Thalès qui était loin d’être un imbécile, en allant tout droit, arriver au bout du monde, au delà duquel, il n’y a plus rien que l’océan s’étendant à infini …

Il en est peut-être de même (quoiqu’à une plus petite échelle) pour le Berry, cette province relativement plate. Qu’y a-t-il quand on arrive au bout ? On ne peut que choir inévitablement dans l’océan du non-Berry.

Telles étaient les plaisantes ruminations que j’entretenais lorsque j’arrivai à Tilly et garai mon humble véhicule face à l’église.

C’était un mardi d’automne où il faisait beau, une saison qui n’existe que dans le Bas Berry et qu’ici, on appelle l’Eté Indrien, comme le chantait un célèbre chanteur berrichon du siècle dernier …

J’avais donc, par cette belle journée, décidé de m’aventurer aux confins du département pour voir s’il y avait quelque chose de l’autre côté. Un projet bien téméraire, il faut l’admettre.

Le village de Tilly, situé à l’extrême sud ouest de l’Indre, était peut-être le bout du monde, pensais-je en enfilant mes robustes chaussures de marche et en me harnachant de mon lourd sac à dos pour cette périlleuse expédition.

 

En effet, on est ici non seulement aux confins de trois départements, l’Indre, la Vienne et la Haute-Vienne, mais aussi de trois provinces, le Berry, le Poitou et le Limousin ! Cette bourgade, presque ignorée du commun des berrichons, poussant sa corne vers des contrées étrangères, représente donc l’ultime frontière, le dernier bastion de la civilisation berrichonne face aux étendues inexplorées du " non Berry "

 

Le sentier sur lequel je m’étais engagé était assez bien balisé au début, puis, peu à peu, dans un de ces chemins creux où jamais le soleil ne pénètre, et que les indigènes locaux appellent des " traînes ", le balisage se fit plus rare, plus aléatoire et finit par disparaître totalement. Chose curieuse, ce chemin semblait toujours tourner très légèrement à droite, comme s’il eût décrit une vaste spirale dans le bocage. Mû par la curiosité de savoir où il menait, je continuai dans la même direction pendant de longues minutes ( à moins que ce ne fussent des heures). Je commençais en effet à perdre la notion du temps…

 

Enfin, j’aperçus, non sans un grand soulagement, la lumière au bout de cet interminable tunnel de verdure et j’arrivai à un carrefour que je ne pus identifier sur la carte. Sans doute étais-je sorti de la zone couverte par la carte de l’IGN. Il y avait bien des panneaux indicateurs, mais ils étaient totalement blancs, comme si des siècles de pluie et de soleil en avaient effacé les inscriptions. Un de ces panneaux blancs semblait toutefois pointer dans une direction. Je le suivis et j’arrivai dans un village fantomatique constitué de longues bâtisses faites de terre battue ocreuse mêlée de paille et plus ou moins en ruines. " Je n’avais encore jamais vu ce type d’architecture rurale dans le Berry. Certaines maisons portaient des pancartes " A vendre " . Personne dans les rues, pas même l’ombre de la queue d’un félin. Il y régnait un silence des plus inquiétants.

Je savais, pour l’avoir lu dans un livre, que cette région avait au cours de l’histoire dépendu tantôt du Berry, tantôt du Poitou, et tantôt du Limousin. Il n’était donc pas étonnant que ce syndrome de déchirement eût laissé de profondes empreintes en ce lieu désolé où le temps semblait s’être arrêté…

 

(à suivre …)

Publié dans Berrichonnitude

Commenter cet article

Michel Marc Beduchaud 16/09/2006 00:42

Je commence à connaître le bas Berry et plus particulièrement Crozant, qui est en Creuse,
au cours de chine d'été j'ai eu à voir de tels villages en Berry cherchant des lieus dits , mais il me semble que pour le centre , du Berry , de la France, du Monde etc il faille se recentrer du côté de Saint Amant ou l'un de mes amis , il y a fort longtemps , est entré en contact avec cette borne au milieu de route nationale, juste une correction de quelques
minutes de latitudes pour ceux qui voudraient faire le point.

JLF cosmologiste berrichon 15/09/2006 08:58

En effet, tout porte à croire que notre bonne vieille planète n'est pas plate !
Mais la seule chose dont je suis sûr, c'est que le Berry est bel et bien au centre de la France, donc au centre du monde civilisé ;-)))))

Jean Luc Fournier 14/09/2006 21:05

Quoi ?
Qu'apprends-je ?

Tu ne me dis pas, à moi, fier Marin Breton dont la seule terreur sur cette terre a été de tomber un jour (ou peut etre une nuit ...) du bord de la planéte lors d'une de ses escapades iodées, tu ne me dis pas que j'ai eu les foies pour rien, QUE LA TERRE N'EST PAS PLATE ?
Non, tu ne me le dis pas ???????

JLF²