Merveilles de chine (3)

Publié le par TSF36

 

L’homme parut stupéfait de cette offre mirobolante à laquelle il était loin de s’attendre. En effet, bien que la roupie berrichonne fût assez faible depuis que son cours n’était plus indexé sur le litre de pinot gris de Reuilly AOC, cela faisait tout de même une somme non négligeable. Après un moment de perplexité, il me dit finalement :

 

- Ben çà alors, c’est la première fois que je vois çà. Dommage que tous les chineurs ne sont pas comme vous.

 

Je tirai de mon portefeuille la somme dite, en billets sonnants et trébuchants, et la lui donnai, en me félicitant intérieurement de ma grande générosité. Pour une fois, j’avais fait un heureux et cette bonne action allait, sinon assurer le salut de mon âme, du moins compenser en partie mes nombreuses mauvaises actions passées. C’est tout juste si je ne me sentis point pousser une auréole …

 

Il empocha donc la somme rondelette avec une expression de gratitude sincère et se répandit en remerciements dont je fus moi-même gêné.

 

Je me hâtai de ramasser le Super Mondial, le col de cygne et le poste à galène et de les dissimuler sommairement dans des grands sacs en plastique (qu’en chineur avisé, j’ai toujours sous la main) afin de les transférer aussi discrètement que possible vers mon modeste véhicule et de ne pas susciter inutilement la jalousie d’éventuels concurrents qui auraient pu me croiser. J’ai toujours détesté les chineurs qui exhibent ostensiblement les objets qu’ils viennent de chiner pour le seul plaisir de mortifier leurs concurrents moins chanceux…

 

A peine avais-je quitté son stand que le brave homme m’interpella de nouveau :

 

- Attendez, je viens de retrouver un boîte de vieilles ampoules. Je vous en fais cadeau !

 

Je pivotai de 180 degrés et je le vis qui tenait à la main une vieille boîte de biscuits rouillée. Et que contenait ladite boîte rouillée ? je te le donne en mille, O lecteur incrédule, et que je sois damné si je mens !  : 6 lampes TM bleues à pointes !

 

- Sûrement qu’elles sont mortes, dit il en riant, mais vous pourrez les mettre en décoration dans le sapin de Noël !

 

Incroyable ! Les 6 lampes d’origine du Super Mondial ! Je pris donc la boîte de lampes et le remerciai chaleureusement avant de partir.

 

Je parcourus alors quelques hectomètres de jouets en plastique, de vêtements, de bibelots hideux, cadeaux de mariage non désirés, souvenirs de vacances de mauvais goût, appareils électroménagers s’étant avérés inutiles, gadgets amusants qui n’amusent qu’une fois, matériel informatique vieux de 5 ans et par conséquent invendable, caisses de vinyles écumées depuis belle lurette par les spécialistes matinaux et où ne subsistaient plus que Mireille Mathieu, Charles Dumont, Serge Lama et autres artiste ringards que personne n’écoute plus depuis belle lurette. Il y avait aussi l’inévitable et authentique " His Master’s Voice " fabriqué en Inde qu’on avait acheté un jour parce qu’on avait envie d’un vieux phono …

Bref, ces mornes étendues de drouille qui avaient naguère le don d’attrister le chineur bredouille, je les contemplais aujourd’hui avec la sérénité de celui qui vient de trouver le Saint Graal et qui, par conséquent, ne cherche plus rien …

 

 C’est alors que je tombai en arrêt devant un stand des plus singuliers dont l’aspect aussi étrange que bizarre m’attira tout en faisant naître en moi une curieuse impression de malaise …

 

Publié dans Littérature

Commenter cet article