La version pour orchestre de 4'33"

Publié le par TSF36

En général, je ne suis pas très partisan des orchestrations d'oeuvres initialement écrites pour le piano. J'entendais, il y a peu, une transcription pour orchestre des préludes de Chopin qui ne m'avait pas semblé très chopinesque.
Chopin sans piano, ce n'est plus vraiment du Chopin ... Idem pour les lieder de Schubert avec grand orchestre : ce n'est plus guère schubertien, malgré notamment la belle orchestration de la Truite par Benjamin Britten, une orchestration qui tend à obscurcir quelque peu l'onde claire du ruisselet qui coule de source dans la version pour piano.
Il est cependant d'autres transcriptions pour orchestre tout à fait réussies, telle celle de Maurice Ravel pour les Tableaux d'une exposition, que Moussorgski, toujours modeste, avait écrite juste pour un petit piano...
Mais c'est surtout dans la musique contemporaine qu'on trouve les transcriptions  les plus remarquables. C'est le cas, en particulier de la célèbre pièce de John Cage (1912 - 1992)  intitulée 4' 33" créée le 29 août 1952 par le pianiste David Tudor. Cette partition est constituée d'un silence complet en trois parties de 33", 2'40" et 1'20". Cette oeuvre magnifique, qui a profondément influencé la musique de notre temps, marque le point culminant des recherches de John Cage. Le silence est enfin devenu musique. Il était difficile d'aller plus loin dans la quête de la pureté.
En voici cependant une transcription pour orchestre qui ne trahit aucunement les intentions du compositeur. C'est à peine si ces trois plages de silence orchestral sont un peu plus pesantes que le silence pianistique, et réciproquement. Mais cette version interprétée par le BBC Symphony Orchestra  mérite, tout autant que celle pour piano, de passer à la postérité. Bonne écoute ...


 

Publié dans Musique

Commenter cet article

sittelle 15/11/2012 00:43


Normal, le premier violon est le sous-chef dans ces grosses machines symphoniques ,  nobility obliges

sittelle 14/11/2012 14:54


4'33"... je vais proposer cette pièce au Chef pour le prochain concert... mais il faudra vraiment beaucoup répéter... et ça va demander un rab' d'heures sup' ! ça fait penser aux monochromes en
peinture; je me demande si les musicos sont payés ?   je venais à tout hasard pêcher Deep Purple, je connais mal, c'est du bon ? bien du mal à m'y retrouver à compter des années 60, dans
tous ces mouvements

TSF36 14/11/2012 16:59



Mine de rien, c'est une pièce très difficile pour les exécutants qui doivent se retenir de pouffer de rire pendant 4'33"


et çà, seuls nos amis British en sont capables !


J'aime bien la qualité de silence du premier violon au début de la 2ème partie. C'est du grand art !