Maigre chine à Chézelles

Publié le par TSF36

"Les cons, ça ose tout, c'est à ça qu'on les reconnaît"
(Michel Audiard - Les Tontons flingueurs)

Plus la saison tire à sa fin, plus les vide-greniers berrichons  se multiplient comme si l'on voulait se faire croire que l'hiver ne viendrait jamais y mettre un terme.
Hélas, tout cela relève de l'énergie du désespoir et les immenses déballages qu'on peut voir chaque dimanche dans les villages de notre belle Province ne méritent même plus l'appellation de vide-greniers ni encore moins de brocantes. Les déballeurs dominicaux ne vident plus que les chambres des gamins : vêtements, jouets en plastoque et autres cochonneries. Certes, cela participe au recyclage des biens de consommation et se défend parfaitement d'un point de vue écologique. Celui qui cherche de l'utilitaire, des objets d'occasion  à petit prix y trouvera certainement son compte.
Mais le vrai Chineur, qui cherche de l' "inutilitaire", des objets anciens, des objets de collection en sera généralement pour ses frais. Il n'y a plus le moindre objet antérieur à 1990.  Ou alors, ce sera à prix d'or.
Exemple : un poste Pizon Bros Skymaster des années 50 vu ce matin à Chézelles : prix demandé par l'abruti le sympathique vendeur : 400 € ! Inutile d'essayer d'engager le dialogue dans ces conditions quand on sait que ce genre d'appareil se négocie rarement au dessus de 100 € dans les bourses spécialisées.  D'où la citation de Michel Audiard figurant en exergue!
Ceci dit, je ne suis pas revenu bredouille, puisque quelques stands plus loin, une brave dame proposait des confitures maison à des prix nettement plus abordables, dont la très rare confiture de gargaillous (voir un article précédent) , en l'occurrence labelisée  "baies d'églantier". Une de ces petites consolations qui font qu'on persiste à trouver plutôt sympathiques les déballages dominicaux, et que malgré tout, on  y revient ...    

 

Publié dans Chine

Commenter cet article