L'étang de Lys Saint Georges : bof !

Publié le par TSF36

Jacques des Gachons dans son livre de 1936 intitulé "Le Berry" parle ainsi de cet étang :
"L'étang de Lys-Saint-Georges est dominé par les buttes de l'Age; à l'époque des bruyères en fleurs, elles offrent un de plus beaux tableaux du Berry, dont la couverture de ce livre donnera une impression"


Il est vrai que l'aquarelle de son frère André des Gachons est fort belle avec ses plans successifs donnant une impression de relief et de profondeur suggérant des horizons lointains.
Voila qui donne envie de découvrir ce merveilleux paysage. On s'engage donc sur le sentier de randonnée qui traverse la route qui va d'Ardentes à Jeu-les-Bois. Hélas, ledit sentier s'avère être un horrible chemin d'exploitation agricole, argileux et creusé de profondes ornières de tracteurs emplies d'une eau croupissante et nauséabonde où prospèrent les larves de moustiques. Il faut avoir les chaussures idoines et étudier chaque pas pour éviter les pièges de ce chemin inhospitalier qui paraît très long avant d'apercevoir enfin les reflets de l'étang. Un étang somme toute banal, dépourvu même d'une de ces belles bondes en bois qui font le charme des étangs brennous; un étang sur lequel une foulque macroule constitue la seule forme de vie animale.
On cherche l'angle sous lequel André des Gachons a peint sa belle aquarelle et quand on croit l'avoir trouvé, on se dit que c'est bien décevant. Le paysage a dû changer depuis 1936, et ce n'est pas la saison des bruyères en fleurs. Les grands arbres sveltes du premier plan ont disparu, remplacés par de petits arbres trappus. Ce qui ressemblait aux ruines mystérieuses d'un château antique n'est en fait que le mur en ciment de la digue et la colline dans le lointain bleuté n'est qu'un petit monticule boisé. L'interprétation artistique de l'aquarelliste avait magnifié ce paysage minuscule.
On appuie quand même sur le déclencheur de l'appareil photo pour immortaliser la déception en se disant que c'est bien beau, la photographie, mais que la peinture à l'eau, c'est encore plus beau...


Et on repart en pensant qu'il faudra de nouveau éviter les pièges perfides du chemin argileux creusé de profondes ornières où dort une eau croupissante et nauséabonde où prospèrent les larves de moustiques, et que les belles chaussures de randonnée toutes neuves, achetées à prix d'or chez Decathlon, en seront quittes pour un laborieux décrottage.

Publié dans Berrichonnitude

Commenter cet article

le bloggueur de service 07/10/2008 08:09

Je vois que la polémique sur l'étang de Lys St Georges n'a pas fini de faire des vagues !!!!!

Bruno de Givry 06/10/2008 23:08

Ben , j'ai bien raison !

Bruno de Givry 15/07/2008 18:54

J'ai passé dans ce site d'une douceur toute berrichonne les plus belles heures de vacances de ma jeunesse. Mes premiers souvenirs remontent à 1946 et je m'y suis baigné chaque jour de l'été tous les ans jusq'en 1964. Rien de grandiose, rien d'ostentatoir, mais une beauté délicate qui se mérite et qui échappe aux gens pressés qui ont peur de marcher dans la boue des chemins creux.