Kraftwerk enfin en DVD !

Publié le par TSF36

KRAFTWERK MINIMUM-MAXIMUM

Voilà bien le premier DVD musical que j’ai audiovisionné de bout en bout, comme scotché sur mon fauteuil (ah si j’ai du me lever pour passer du disque 1 au disque 2 … le DTS çà prend de la place !)

Enfin donc un DVD musical qui exploite intelligemment les ressources du son DTS 5.1 ! Alors que généralement on a juste droit à un peu de réverbération sourde et aux applaudissements du public sur les enceintes arrière, ici le son entoure littéralement le spectateur, il tourne, il rebondit dans tous les sens pour le plus grand plaisir des sens .

Le côté visuel est non moins remarquable et d’ailleurs indissociable de l’ensemble . Le jeu de scène des 4 Kraftwerk est certes des plus sobres ( !) mais c’est parfaitement dans la logique de leur esthétique volontairement robotisée-déshumanisée. Tout le spectacle se passe en fait sur les trois écrans géants à l’arrière plan. Le synchronisme avec la musique est parfait. Le visuel est ici beaucoup plus qu’une simple illustration de la musique, c’en est le prolongement. On peut parler de musique visuelle. D’autant plus que, par la magie de la post production, le spectacle à l’arrière plan passe parfois en premier plan, chose à laquelle les spectateurs du concert n’ont pas eu droit .

Qu’il s’agisse d’affichage de texte en grosses polices vertes crénelées style " informatique antique " ou d’images kitsch des autoroutes allemandes des années 50 ou du Trans Europe Express, tout fonctionne admirablement. En 2005, ce modernisme des années 1970 est devenu délicieusement rétro et Kraftwerk qui aurait pu être complètement démodé tient toujours l’autoroute en jouant sur ce second degré. Le morceau de bravoure est " The Robots " où les musiciens sont remplacés par des robots à visage humain. L’effet est saisissant !

Bref, un spectacle unique en son genre pour lequel le DVD musical semble avoir été inventé !

Publié dans normalitude

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article