Eloge de Nino Ferrer

Publié le par TSF36

Qui se souvient encore de Nino Ferrer ? Pas grand monde en vérité parmi les jeunes. Et parmi les vieux, qui peut encore citer plus de 5 de ses chansons ? Mirza, Les Cornichons, Le Téléfon, Oh hé hein bon et peut-être, dans un registre plus raffiné, Le Sud.

Ce sont donc essentiellement ses chansons humoristiques qui ont assuré sa notoriété dans les années 1960 et qui l'ont définitivement classé, pour la majorité des gens, dans la catégorie des amuseurs publics. Et pourtant, Nino Ferrer était beaucoup plus que cela. Excellent musicien, auteur talentueux et sensible, il déplorait que son succès ne tenait qu'à cela et que ses oeuvres plus sérieuses restaient totalement ignorées du grand public. 

Certes, il y avait eu Le Sud, une chanson magnifique qui avait très bien marché, de même que La Maison près de la Fontaine, et la plus belle de toutes, la plus émouvante La Rua Madureira :

 

Mais, après cela, sa discographie dans les années 1970 reste largement méconnue. Nino Ferrer s'était en effet tourné vers des compositions beaucoup plus ambitieuses avec des albums de rock progressif d'un niveau comparable aux anglo saxons. Fort heureusement, on trouve l'intégralité de ces albums sur youtube. Ce qui m'a valu le bonheur de las découvrir.

Metronomie est un des plus beaux :

Et sa dernière oeuvre "la Désabusion" datant de 1993 où il renoue, du moins dans un titre irrésistible, avec l'humour de ses premières chansons: Notre chère Russie. Cette chanson en "faux russe" résonne étrangement en 2022 !

Pendant ses dernières années, il se consacra uniquement à la peinture, dans un style naïf surréaliste tout à fait digne d'intérêt. On peut voir quelques unes de ses oeuvres picturales sur les pochettes de ses albums.

Puis en 1998, il eut la très mauvaise idée de vouloir en finir avec la vie, près de sa bastide du  Quercy Blanc qu'il aimait tant, nous privant ainsi de quelques chefs d'oeuvres futurs.

Adieu l'artiste et chapeau !

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Bel hommage mérité mais un peu bercé par la Nostalgie....@+FG
Répondre