Bref exil à Oléron

Publié le par TSF36

Ah ! Voilà enfin une île facile ! me disais-je en parcourant le superbe pont gratuit qui relie Oléron au continent. Ce n’est pas comme Belle-Ile en mer, où non seulement il faut faire une longue et coûteuse traversée en bateau à partir de Quiberon, mais où en plus il faut se garer à des kilomètres du port d’embarquement et faire le trajet en bus. Autant Belle Ile en mer est compliquée (au point même d’y renoncer), autant Oléron est facile !

D’ailleurs toutes les iles en général devraient être reliées au continent par un pont ; cela simplifierait tellement la vie des touristes !

Ainsi donc, une fois passé le pont sans coup férir et sans bourse délier, on arrive à la première ville, Château d’Oléron, un petit bourg fort animé le dimanche matin car c’est jour de marché. Ouf, on craignait d’atterrir sur une île déserte ! Il y a une jolie citadelle avec des remparts et des fortifications (merci Monsieur Vauban) et en contrebas des jolies cabanes de pêcheurs repeintes de couleurs vives, servant maintenant d’ateliers d’artisans. La petite ville est charmante avec ses maisons blanches blotties le long de rues étroites où prospèrent les roses trémières jaillies comme par miracle des trottoirs sans terre.

La grande capitale, Saint Pierre d’Oléron n’est pas vraiment une mégapole tentaculaire. On trouve immédiatement un parking ombragé et gratuit à l’entrée de la ville qui se résume principalement à une belle rue piétonne, très commerçante et animée, où se trouvent quelques terrasses de restaurants fort sympathiques où on peut déguster d’excellentes huîtres (pas en conserve) accompagnées d’un verre de blanc local (un petit vin de pays mais qui, dans son contexte, semble délicieux)

Une petite halte à Boyardville s’impose ensuite, afin de contempler de loin le fameux Fort Boyard dont la télé nous rebat les oreilles depuis des lustres. Bon, voilà c’est fait.
Passons maintenant aux choses sérieuses en filant à l’extrême nord de l’île où se dresse, dans un décor de fin du monde, le phare de Chassiron. Là, par contre il faut payer 3 roupies charentaises pour accéder à la plateforme et il n’y a même pas d’ascenseur … Heureusement, pour ce prix la descente est incluse ! De là haut la vue est bien sûr imprenable et le regard embrasse un panorama à couper le peu souffle qui vous reste après cette ascension. Le jardin qui est au pied du phare est remarquable avec sa géométrie en forme de rose des vents.
Restait à voir, dans ce bref survol d’Oléron,  le lieu incontournable, la merveille des merveilles : le port de la Cotinière, où même en juin s’agglutinent les hordes de touristes. C’est vrai que l’endroit est pittoresque et charmant avec ses bateaux colorés et ses poissonneries ouvertes le dimanche après-midi, avec ses innombrables boutiques et restaurants à touristes. Il est cependant un endroit calme : la petite église, de style moderne dont il faut pousser la porte afin d’admirer l’intérieur très sobre et les vitraux abstraits aux couleurs vives.


Après cet aperçu très incomplet d’Oléron (qui est tout de même une grande île) il ne reste plus qu’à retraverser le pont, au même prix qu’à l’aller et à regagner le continent tout proche. Mais vu qu’Oléron n'est pas une île compliquée, il sera toujours loisible d'y revenir afin d’en cerner un peu mieux la personnalité et de répondre enfin à cette grave question qui fait tant couler d’encre et de salive : Quelle est la différence entre Ré et Oléron ?

 

Oléron

Publié dans Pays lointains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DUSZKA 23/07/2016 15:28

Les roses trémières... parure des îles de l'atlantique...

DUSZKA 23/07/2016 15:26

j'ai connu et vécu les îles : Oléron et Ré sans pont. Il y avait un charme de voyage "aux îles" plein de rêves d'aventure pour enfant bordelaise traînant sur les quais des Chartrons avec des idées de grands départs... mes vacances préférées... j'ai un peu regretté les ponts et même beaucoup je crois... la vie vacancière y était tellement plus douce car moins commercialisée "malbouffisée" ! Mais bon, j'ai tantôt 80 printemps alors ma nostalgie est une bien paisible souvenance !

Danie 20/07/2016 16:47

MDR !
Ces terriens qui préfèrent les ponts aux bateaux et qui apparemment confondent l'Yèvre et l’Auron avec l'Atlantique et le Pacifique...
Daniel