Eloges ...

Publié le par TSF36

Je n'ai jamais beaucoup aimé les hymnes nationaux en général et la Marseillaise en particulier, ce chant guerrier d'un autre temps, aux paroles violentes et sanguinolantes. 

Et pourtant, la musique est très belle, surtout grâce à l'orchestration sublime qu'en a fait Hector Berlioz. Il faut l'écouter comme on écoute une musique d'opéra, en faisant abstraction des paroles qui ne sont pas toujours géniales ... La musique transfigure tout et nous emporte avec elle.

Peut-être que les temps ont changé, ou est-ce moi qui ai changé ? car aujourd'hui j'adore la Marseillaise.
Dans la superbe interprétation de Placido Domingo, la Marseillaise devient un véritable hymne à la liberté, l'égalité et la fraternité :

 

Je n'ai jamais beaucoup aimé les drapeaux, pas plus le drapeau français que les autres.

Peut-être que les temps ont changé, ou est-ce moi qui ai changé ? car aujourd'hui je l'aime de plus en plus. 

Pourtant, ce n'est pas le drapeau tricolore qui a changé ;  ou alors si peu ...

Eloges ...

Publié dans Musique

Commenter cet article

Daniel 12/01/2016 00:05

Personnellement je trouve bizarre de chanter :

"Nous entrerons dans la carrière
Quand nos ainés n'y seront plus
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil
Nous aurons le suprême orgueil
De les venger ou de les suivre !"

Préférant la vie à la mort je laisse ce genre de chant aux candidats au suicide.

Et pour le "sang impur abreuvant les sillons" je me demande ce que pense les agriculteurs de l'utilisation d'un tel engrais.

sittelle 30/11/2015 14:08

Déjà le bleu a changé il y a quelque termps....c'est du Reflex Blue pantone qui a remplacé le vieux bleu - trop royal ?
Pour les paroles, c'est comme pour, par exemple piger La Flûte enchantée de Mozart ou certains dessins humoristiques, il y a le niveau 1, puis 2 et 3 de lecture; et c'est bien ce qui manque à nos gamins des cités, le décodage ( avec un d et pas 2n ! )
La Marseillaise de Berlioz est sublime, merci pour Placido Domingo, qui redevient baryton ces temps-ci