Espelette, un village qui ne manque pas de piquant

Publié le par TSF36

A l’instar de Hérisson, Espelette est un village qui ne manque pas de piquant. Mais c’est pour d’autres raisons qui seront développées ci-dessous.

C’est en effet ici qu'on récolte le piment éponyme, un joli petit fruit rouge vif qui pousse sur les espelettiers (à ne pas confondre avec les espadrilles, autre spécialité basque bien connue).

Ce petit piment n’est pas aussi piquant qu’il en a l’air. En fait il est beaucoup plus sympa pour les papilles que le piment de Cayenne. On le récolte en septembre et on le fait sécher, accroché en grappes très décoratives, sur les façades des maisons. Ce n’est que quelques mois plus tard qu’il acquiert une belle couleur brune cuivrée ainsi que toutes ses qualités gustatives et qu’on peut alors l’utiliser, généralement réduit en poudre, pour bénéficier de ses saveurs incomparables, douces et sucrées.

Espelette, contrairement à Cambo, est très touristique, avec de nombreuses boutiques de produits locaux et de nombreux restaurants qui ne désemplissent pas, même en septembre où débarquent des autocars pleins de vieux séniors.

Les belles façades avec leurs cascades de piments font la joie des photographes qui

prennent tous les mêmes photos ô combien originales qu’ils montreront fièrement à leurs amis ébahis pour leur prouver qu’ils sont vraiment allés à Espelette !

Eugène Lemaigre n’a pas manqué de tester le « menu typiquement basque » (sic) du restaurant Aintzina qui comprenait, en entrée, un tripotxa (boudin basque au piment d’Espelette), en plat de résistance un axoa de veau au piment d’Espelette, en fromage un Ossau Iraty (saupoudré de piment d’Espelette) avec sa confiture de cerises noires entières d’Itxassu, et en dessert un gâteau basque d’où, curieusement, le piment d’Espelette était absent …

Testé et approuvé à l'unanimité par notre critique gastronomique.

En tout cas l’intitulé du menu n’était pas abusif. Plus typique, tu t’y piques ! Et de toute évidence, ce n’était pas un menu breton, ni un menu alsacien, encore moins un menu berrichon ...

Espelette

Publié dans Pays lointains, Gastronomie

Commenter cet article