Tiens, une carte postale de Quiberon ...

Publié le par TSF36

Il suffirait de presque rien pour que Quiberon soit une île. Seul un étroit ruban de terre, tout juste assez large pour y faire passer une petite route et une voie de chemin de fer, la relie au continent. La presqu’île est très urbanisée et très touristique et l’unique route pour s’y rendre est régulièrement bouchonnée pendant les mois d’été. Seule la côte ouest, dite Côte Sauvage, a par bonheur échappé à l’urbanisation et une magnifique petite route côtière permet de s’en approcher pour admirer des paysages à couper le souffle comme il y en a très peu en Berry.

La ville de Quiberon, tout en bas de la péninsule, est une station balnéaire  renommée, un peu le Saint Trop breton, avec son immense plage, ses villas cossues, son casino, avec ses alignements de restaurants à touristes le long de la promenade. Avec aussi ses encombrements automobiles et l’impossibilité de se garer nulle part gratuitement.

 Mais c’est le port d’embarquement pour Belle-Isle en Mer, une île lointaine beaucoup plus compliquée d’accès que l’Ile aux Moines. C’est aussi le lieu de la mise en boîte des célèbres sardines « La Belle Iloise ». D’ailleurs, la sardine est la spécialité locale, qu’on peut déguster fraiche et grillée dans tous les restaurants du front de mer. Un vrai délice !

L’autre ville de la presqu’île est Saint-Pierre, beaucoup moins envahie que la « capitale ». Une charmante localité avec de petites plages tranquilles et de belles maisons fleuries, qui mérite bien un arrêt, d’autant plus qu’on peut y stationner gratuitement.
Avant de quitter Quiberon, il faut retourner sur la côte sauvage au coucher du soleil dans l’espoir de contempler un spectacle grandiose, et, qui sait ? peut-être  le rarissime rayon vert ...

Et même si on assiste à un coucher de soleil moyen, on ne va pas se plaindre vu que le spectacle est totalement gratuit …

Quiberon, une île ou presque ...

Quiberon, une île ou caïman ...

Publié dans Pays lointains

Commenter cet article